Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
21 mai 2014 3 21 /05 /mai /2014 15:33
Mary Prince, un récit pour ne pas oublier l'horreur

À l’occasion de la très officielle commémoration de l’abolition de l’esclavage dans les colonies françaises des Amériques et de l’Océan Indien, je me suis rendu à Montigny Le Bretonneux, Salle Gauguin, dans les Yvelines pour assister à une pièce de théâtre intitulée « Mary Prince ». C’était le 10 mai 2014

Cette pièce était interprétée par Mme Souria Adèle. Seule sur scène et dans un silence proche du recueillement, cette comédienne narre avec sobriété la vie et la résistance de Mary Prince, femme réduite en esclavage dans les Antilles anglophones du début du 19ème siècle ; résistances face aux violences physiques et psychologiques. A mesure que s’écoule le récit, l’auditoire est immergé dans l’horreur quotidienne du système esclavagiste et de l’univers concentrationnaire imposé aux Noirs dont le seul espoir d’en échapper serait la mort. Pourtant, Souria Adèle nous fait découvrir le courage de cette femme qui parvient à apprendre à lire et à écrire dans la communauté des Frères Moraves, et qui ayant fui ceux qui la maintenaient en servitude, et ce à l’occasion d’un voyage en Angleterre, finit par raconter sa propre histoire dans le récit « The history of Mary Prince, a west indian slave narration. »

Une fois l’interprétation achevée, et pendant une demi-heure, Souria Adèle répond aux questions des spectateurs. Ainsi, nous apprenons qu’il n’y a pas de témoignages écrits par des anciens esclaves des Antilles françaises. La raison réside dans l’influence de la très conservatrice Église Catholique qui prêchait (est-ce uniquement du passé ?) la soumission des esclaves à l’ordre établi. Au contraire, dans les États anglophones esclavagistes, les Noirs affranchis ont appris à lire et à écrire auprès de communautés religieuses protestantes. Aussi, sont parvenus jusqu’à nous les témoignages des afro-américain Frédéric Douglass ou Solomon Northup (twelve years a slave récit adapté au cinéma par le réalisateur Steve Mac Queen).

A l’heure où des esprits bien pensants, pour ne pas dire Négrophobes, voient la concurrence malsaine des mémoires ou de l’autoflagellation là où il y a juste rétablissement de l’égalité dans la commémoration des souffrances humaines, les mémoires de Mary Prince doivent figurer dans le patrimoine intellectuel au même que l’ouvrage « Si c’est un homme », récit de Primo Lévi qui était un rescapé du camp d’Auschwitz.

Pour ceux et celles qui souhaiteraient découvrir ou redécouvrir ce témoignage bouleversant de Mary Prince, qui nous rappelle que l’esclavage est un crime contre l’Humanité et la Traite Négrières à l’échelle industrielle est le précurseur des grands crimes du 20ème siècle, la représentation de la pièce « Mary Prince » interprétée par Mme Souria Adèle reprend à partir du 15 octobre 2014, à la Manufacture des Abbesses sise 7 rue Véron à Paris 18ème.

Partager cet article
Repost0

commentaires

G
Je vous applaudis pour votre critique. c'est un vrai charge d'écriture. Continuez
Répondre
Je vous remercie pour vos encouragements

Présentation

  • : Le blog de Kwamé Maherpa, auteur
  • : Ecrivain de Fantasy Epique et de Science-fiction, mon blog n'a pas unique objectif de faire connaitre mes écrits, d'écrire des articles sur mes auteurs favoris ou ceux que j'ai découvert mais il aura également une ouverture sur les faits politiques, sociaux et sur la réflexion.
  • Contact

Recherche

Liens