Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
23 mars 2020 1 23 /03 /mars /2020 18:53

La première semaine de confinement s’achève.

Pour le volume 2 du futur recueil « Ethiopiales », j’ai rédigé trois nouvelles. J’ai également repris la rédaction d’un roman sword and soul. Cependant, je ne vais pas m’attarder sur mon activité d’auteur qui relève de la normalité, même si cette normalité tend à sortir de l’ordinaire en raison de son intensité. Sur les conditions matérielles de mon confinement dans ma résidence principale et unique en région parisienne, je n’ai rien à dire de particulier. Mon confinement ne ressemble pas à celui d’une famille vivant dans un appartement en Seine-Saint-Denis, pourquoi la Seine-Saint-Denis comme exemple ? J’ai vécu dans le Nord de ce département pendant une décennie et je connais les difficiles conditions de vie au quotidien, je les ai subies moi même. Aussi, je me garderai de tout nombrilisme mal placé.

Cependant cet isolement social ne me dispense pas de mener une réflexion sur la situation hors norme que nous sommes obligés de subir. Il a suffi d’un virus parti de Chine pour bouleverser la vie de millions de personnes, en particulier celles des citoyens des pays occidentaux qui n’étaient plus confrontés depuis des décennies à des pandémies mortelles.

Ce confinement a réveillé en moi une colère à l’état de somnolence. Cette colère plonge en partie ses racines dans une prise de conscience politique remontant à 1992. C’était l’époque de la campagne référendaire pour ou contre la ratification du Traité de l’Union Européenne, plus communément appelée Traité de Maastricht. Le jeune homme que j’étais a découvert lors de la lecture de ce traité les germes juridiques du futur désastre de nos sociétés, la doctrine économique monétariste et anti-inflationniste fut transformée en normes juridiques. Seule l’ancienne constitution de la défunte Union Soviétique avait élevé une doctrine économique en norme juridique indépassable. Les conséquences de cet extrémisme ultra-libérale, nous le subissons de plein fouet. Car la mise en application de ce traité avec ses critères monétaristes et financiers a détruit l’autonomie économique, politique et sociale de la France, elle a accentué la trahison des élites politiques, administratives et culturelles à l’encontre des administrés. Au nom de l’orthodoxie budgétaire (ne pas dépasser les 3% de déficit), et de l’intérêt des grands groupes privés, les services publics sont condamnés à disparaître ou à être un service minimum pour les plus pauvres ( le fameux service public universel de l’Union européenne), les plus riches pouvant accéder à des soins de qualité. Au nom des règles ultra-libérales, la rentabilité ou culture du résultat est devenue la pierre angulaire des services publics, l’agent public transformé en variable d’ajustement des finances publiques. L’hôpital public a été la principale victime de ce déchaînement ultralibéral : fermeture de plus de 73000 lits, mutualisation de structures hospitalières au mépris de l’égalité territoriale et de l’accès aux soins pour tous, maintien du numéros clausus pour les études médicales, personnels soignants sous-payés et méprisés par la caste dirigeante (sauf en temps de crise sanitaire aiguë où il faut de la « chair à canon ») sont les conséquences désastreuses de ce libéralisme fanatique et socialement meurtrier.

Ces libéraux fanatiques ayant comme unique boussole morale que leurs intérêts privés et ceux de leurs maîtres ont colonisé, à la manière des cartels mafieux gangrenant toute une société, tout l’espace politique et partisan de gouvernement pour étouffer toute voix discordante et contraire à la Pensée Unique. Il s’agit d’un coup d’Etat d’un nouveau genre, silencieux et ayant l’apparence de la démocratie. Cela explique près de trois décennies de destruction méthodique du secteur public hospitalier. Aujourd’hui, nous les administrés, nous subissons les conséquences désastreuses de cette orientation financière. Avant l’apparition du COVID 19, les services d’urgence éprouvaient déjà les plus grandes difficultés à faire face à l’afflux de patients.

Ce libéralisme hors sol a favorisé le départ du tissu industriel vers d’autres cieux plus socialement et fiscalement cléments, résultat, la France éprouve de grandes difficultés à combattre le COVID 19 (masques en nombre insuffisants, etc…). A ceux qui viendraient m’objecter que le COVID 19 a pour origine la République populaire de Chine, Etat officiellement communiste, je réponds que le libéralisme économique fonctionne aussi bien dans une démocratie parlementaire que dans un régime autoritaire ou dictatorial ( le Chili de Pinochet était un mélange de dictature politique et d’ultralibéralisme inspiré de l’Ecole de Chicago).

J’ajouterai quelques mots sur la réticence de certains administrés à respecter les règles du confinement. Je ne vais pas m’ériger en moralisateur des comportements des uns et des autres. Les classes dirigeantes n’ont que le peuple qu’elles méritent. Le confinement de la population restreint les libertés publiques au nom de l’urgence sanitaire, dommage que les ultra-libéraux de Droite et de Gauche réservent leur autorité aux administrés, j’aurais aimé l’application de cette fermeté aux tristes sirs fichés S dont beaucoup sont responsables des derniers massacres de masse en France. Fait curieux, au nom des libertés individuelles et de leurs droits, on ne pouvait les surveiller tous ou les assigner à résidence. Deux poids, deux mesures.

En attendant, je paraphrase cette maxime de l’empereur Marc Aurèle « que la force me soit donnée de supporter ce qui ne peut être changé ». En l’espèce, le COVID 19 ne peut être vaincu définitivement que par la Recherche Médicale, indépendante espérons le des groupes de pression pharmaceutiques. Pour 2022, j’espère avoir « le courage de changer ce qui peut l’être », c’est dire contribuer modestement, par mon choix citoyen, au changement de paradigme politique et moral dont notre société a tant besoin.

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Kwamé Maherpa, auteur
  • : Ecrivain de Fantasy Epique et de Science-fiction, mon blog n'a pas unique objectif de faire connaitre mes écrits, d'écrire des articles sur mes auteurs favoris ou ceux que j'ai découvert mais il aura également une ouverture sur les faits politiques, sociaux et sur la réflexion.
  • Contact

Recherche

Liens