Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 avril 2020 2 07 /04 /avril /2020 23:57

La troisième semaine de confinement s’achève.

 

Autour de nous les mauvaises nouvelle s’accumulent, des proches sont atteints par le COVID-19 et dans la nuit du samedi 28 mars au dimanche 29 mars 2020 une de mes connaissances a trouvé la mort et son épouse a été hospitalisée dans un état grave. De plus en plus, l’ambiance est anxiogène, voire morbide et j’avoue que les médias de masse habituels tendent à accentuer le phénomène.

Sans pratiquer la politique de l’autruche, je préfère prendre du recul avec cette masse continue d’informations mortifères, avec en arrière fond un futur scandale d’Etat. En fouillant dans ma bibliothèque personnelle, j’ai retrouvé le texte d’une conférence donnée par Didier HOUSSIN, Directeur Général de la Santé en 2007, lors d’un colloque organisé le 3 mars 2007 sur le thème « Penser le futur ». Son titre est le suivant : « La devinette des épidémies ».

Je vais vous livrer quelques extraits pour votre réflexion. Monsieur HOUSSIN, haut responsable de la santé publique sous la présidence de Jacques Chirac dit au cours de cette conférence :

« La raison qui me conduit à évoquer le sujet des épidémies est tout à fait banale au départ, c’est la question de la grippe. Vous connaissez la grippe, c’est un phénomène banal. Elle n’est pas aujourd’hui dans votre champ de conscience, considérée comme un élément particulièrement grave et menaçant. Je crois qu’il faut être, au contraire, extrêmement attentif à ce risque et aux dimensions que pourrait prendre une épidémie de grippe à la surface de notre planète. »

Monsieur HOUSSIN cite les recommandations de l’Organisation Mondiale de la Santé qui avertit les autorités publiques sur les dangers d’une pandémie grippale liée au modification du virus de la grippe :

« Nous sommes faces à la circulation au sein d’une espèce animale d’un virus nouveau extrêmement pathogène qui semble dans certains capable dans certains cas de se transmettre à l’homme, qui , à ce jour n’a pas montré sa capacité à transmettre entre êtres humains mais qui pourrait le faire à la faveur d’une nouvelle évolution génétique..… Tous les ingrédients sont donc réunis pour que si ce virus à la faveur d’une évolution génétique, acquiert la capacité de se transmettre entre êtres humains, nous soyons à l’aube d’un phénomène de pandémie grippale qui pourrait avoir la gravité de ce qui s’est passé sous une forme modeste en 1957-1958 puis en 1968-1969, mais sous une forme extrêmement grave telle que cela s’est produit en 1918-1919. »

Monsieur HOUSSIN rappelait lors de cette conférence, donnée je le rappelle le 3 mars 2007, que l’OMS invitait l’ensemble des pays qui le pouvait, à se préparer à un phénomène épidémique. Je le cite de nouveau :

« De même qu’on peut le faire dans un pays en matière de défense, en se préparant à des guerres de manière régulière, en équipant une armée, en l’entraînant, en achetant des matériels, en les remplaçant, pour une menace incertaine dans son mode et dans son délai de survenue, il s’agit en matière d’épidémie de se préparer de la même manière….J’ajoute que se préparer à une pandémie grippale, c’est aussi songer que la menace pourrait être d’une nature différente. En particulier on peut penser à des menaces bio terroristes faisant appel à des agents infectieux du type de la variole, à des agents émergents nouveaux du type du coronavirus qui a été une surprise totale concernant le SRAS. »

A la suite, le Directeur Général de la Santé de l’époque décrit la préparation des Pouvoirs Publics face à une pandémie :

« Comment se préparer ? se préparer consiste d’abord à essayer d’élaborer une stratégie d’ensemble. Il est symptomatique qu’en France le choix ait été fait de confier au Secrétariat Général de la Défense Nationale, qui est un organisme tourné vers les questions de défense et de préparation face aux menaces terroristes, la préparation de ce plan d’ensemble….Ce plan a été testé par des exercices, évalué par des organismes parlementaires, nationaux, par des organismes européens.Il a été accompagné par l’acquisition de produits destinés à protéger la population et les professionnels les plus exposés tels que des médicaments antiviraux en grande quantité, des vaccins qui seraient disponibles, des masques destinés à protéger les professionnels et à être portés par les malades pour éviter la contamination. »

Monsieur HOUSSIN conclut son intervention :

« Dans cette manière de penser le futur autrement, nous essayons de le faire en étant hantés par le syndrome de la ligne Maginot, c’est à dire construire une barrière qui serait aussitôt contournée, en étant hantés également par l’angoisse de la vigie et de la sentinelle qui se demande si elle a la tête du bon côté, et en étant déterminés malgré tout à faire en sorte que face à des catastrophes de cette nature, nous soyons quand même en mesure de limiter les dégâts. »

Sur une question posée par un auditeur de cette conférence sur le coût de ce plan, Monsieur HOUSSIN donnait la réponse suivante :

« Tout ce qui a été fait en matière de préparation à une pandémie grippale, stocks, informations, formation des médecins, aboutit à plusieurs centaines de millions d’euros. C’est beaucoup. C’est modeste si vous considérez l’effort fait en matière de Défense chaque année dans notre pays, pour une menace qui n’est peut-être pas beaucoup plus importante. »

Treize années se sont écoulées depuis la tenue de ce colloque « Penser le futur », les efforts stratégiques en matière de santé publique entrepris sous la seconde Présidence de Jacques Chirac (2002-2007) ont été sacrifiés sous les mandats présidentiels suivants au nom de la rentabilité financière du secteur public hospitalier, laissant les personnels soignants et la population totalement désarmée face à la crise du COVID-19. La prévoyance et la vigilance des politiques publiques sanitaires du début des années 2000, même imparfaites dans d’autres domaines, met malheureusement en lumière l’actuelle négligence qui a aboutit au désastre sanitaire subi par le peuple français. Il est de bon ton d’appeler à l’unité nationale pour faire taire les critiques, mais la crise ne durera pas éternellement et les responsables politiques comme administratifs devront rendre des comptes. J’espère que les députés mettront en œuvre une commission d’enquête sur les conditions de gestion des stocks de masques et autres matériels.

***

Heureusement, mon esprit et mes réflexions, même si le contexte social n’y est pas favorale, ne sont pas toujours mobilisés par la crise du COVID-19. En fin de semaine, j’ai donné mon accord à Evidence Editions pour le bon à tirer de ma nouvelle « Retour sur scène » qui paraîtra dans l’anthologie « 3 secondes avant de mourir ». Je continue la lecture de « Chants de l’espace » de Samuel Robert Delany paru aux Editions Bragelonne, un auteur afro-américain de science-fiction, récompensé par des prix littéraires prestigieux comme le Prix Nebula (4fois) et le prix Hugo.

A la demande de Marc Bailly, dans le cadre de « Raconte-moi une photographie », j’ai rédigé un texte intitulé le « promeneur solitaire » à partir d’une photographie de cimetière faite par manque. C’est une opération qui consiste, pour des auteurs, à offrir un texte à la lecture sur facebook (www.facebook.com/marcbailly.mby/)

Lire, écrire et méditer (version débutant) restent des fenêtres ouvertes sur des mondes intérieurs quand notre horizon réel se limite.

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Kwamé Maherpa, auteur
  • : Ecrivain de Fantasy Epique et de Science-fiction, mon blog n'a pas unique objectif de faire connaitre mes écrits, d'écrire des articles sur mes auteurs favoris ou ceux que j'ai découvert mais il aura également une ouverture sur les faits politiques, sociaux et sur la réflexion.
  • Contact

Recherche

Liens