Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
11 juillet 2010 7 11 /07 /juillet /2010 10:24

Mon premier article, ce n’était pas prévu, sera consacré à l’équipe de France de football et au sport. La déroute sportive et moralede nos footballeurs lors de la première phase de la Coupe du Monde en Afrique du Sud a des répercussions au-delà du monde sportif. Selon un philosophe, le dénommé Finkelkraut qui s’était déjà rendu célébre en traitant les antillais d’assités lors des événements de février 2009, l’équipe de France est gangrénée par les mœurs issues de la « banlieue », notamment le caïdat.  Pour mémoire, six joueurs d’origine antillaise et cinq joueurs d’origine africaine faisaient partie de cette équipe, soit onze noirs sur 2 3 joueurs. De fait, le comportement, au demeurant inadmissible de ces hommes censés défendre les couleurs de la France, donne un enfin un prétexte à tous les émules de Georges Frèche et Jean-Marie Lepen qui reprochent la présence trop importante de joueurs noirs en équipe de France, pour laisser libre cours à leur Négrophobie. Juste tolérés quand l’équipe de France était au sommet en 1998 et 2000, et ce en dépit du slogan hypocrite et racoleur de la France Black,Blanc, Beur, les Noirs sont vilipendés en raison de leur piètre performance. Dans les années 1960 e début des années 1970 , l’equipe de France de football était loin d’être performante, un match nul contre la Finlande représentait déjà un exploit, mais à ma connaissance aucun commentateur sportif ou autre n’a émis de propos nauséabond sur la présence trop importante de joueurs français d’origine étrangère mais européenne, donc Blanche (polonais, italien, portugais, espagnols). Seulement, pour qu’un Noir soit à peu près accepté, il se doit d’être performant et d’incarner la France qui gagne. Il n'a pas le droit à l'erreur et à la médiocrité, rien ne lui est pardonné en cas d'échec. Par rapport au Blanc, même d'origine étrangèr, il est condamné à toujours faire mieux.

  Le sport qui est présenté comme un ciment rapprochant les peuples, exacerbe en fait tous les bas instincts de l’homme : culte de la performance au détriment de l’éthique, fanatisme, tribalisme, supériorité physique ou tactique supposée d’une race sur l’autre. Il y a quelques jours un sprinter français a couru le 100 mètres sous les 10 secondes pour la première fois dans l'histoire de l'atlhétisme français.  Nos chers commentateurs sportifs, au lieu de souligner qu’un français venait faire concurrence aux sprinters américains et jamaïcains, ont lourdement insisté sur la couleur Blanche de ce coureur de 100 mètres. L’exploit sportif de ce jeune sportif était ramené juste à une performance d’une race contre l’autre. Devant cette déferlante de  sophisme, je ne peux m’empêcher de penser l’actualité de Frantz Fanon . Dans son livre « Peau Noire,Masques Blancs », Frantz Fanon avait diligenté toute une série d’entretiens auprès de cinq cent européens blancs de nationalités différentes afin de savoir à quels mots ils associaient le Noir, voici le résultat de cette enquête sociologique :

« Nègre = biologique, sexe fort, sportif, puissant, boxeur, Joe Louis, Jess Owen, tirailleurs sénégalais, sauvage, animal, diable, péché» (Peau Noire, Masques Blancs, Edition du Seuil, 1952, page 134 ).

Plusieurs décennies plus tard, les résultats de cette recherche sociologique ne sont pas dépassés.  Cependant le sport ne constitue que le reflet des élites qui dirigent la société française. Plus de cent soixante deux ans après l’abolition de l’esclavage dans les anciennes colonies, nos chères élites exigent toujours du Nègre qu’il rapporte un bénéficie, comme une prostituée envers son proxénéte. En un mot, il n’ pas le droit à l’erreur comme les autres français de race Blanche. On lui impose de fait les thèses nazies, il doit être un surhomme. Pas de place pour le Noir moyen.

Une nouvelle fois, je citerai Frantz Fanon : « Je savais , par exemple, que si le médecin commettait une erreur, c’en était fini de lui et de tous ceux qui le suivaient. Qu’attendre en effet d’un médecin nègre ? Tant que tout allait bien, on le portait aux nues, mais gare, pas de bêtises, à aucun prix (Peau Noire, Masques Blancs, Edition du Seuil, 1952, page 94).

 Tel est le sort qui a été réservé aux footballeurs noirs présents, mais aussi à venir. Le sport n’est pas le seul domaine où il est exigé du Noir qu’il soit meilleur que les Blancs (arabes et européens inclus), quelque soit ses diplômes, son parcours professionnel, il est toujours perçu comme un usurpateur à chaque fois qu’il accède à un poste à haute responsabilité, à quelques exceptions près, les nègres intellectuellement et moralement médiorces qui doivent leur ascension à des acointances philosophiques, syndicales ou politiques, les rejetons de personnalités Noires nés avec la cueillère en argent dans la bouche. Ils ne représentent aucun danger pour nos élites, tenantes de la suprématie blanche masculine et catholique. Un de mes amis, fonctionnaire d’Etat de catégorie A, a été victime de ce genre de saloperie, il n’y a pas d’autre mot à employer. Des mois durant, il a été victime de harcélements, de coups fourés de la part de ses collègues, avec la complicité silencieuse des syndicats. A l’heure actuelle, il végéte dans un poste de second ordre, avec des demandes de mutations systématiquement refusées. J’ai oublié, cet ami est titulaire d’un diplôme de troisième cycle, donc une bête à abattre. Fermons la parenthèse. Je vais conclure sur deux points. A ceux qui considèrent qu’il y a trop de Noirs dans le football et par extension en France, ils mettent leurs pieds dans les pas de ceux qui estiment que les juifs sont trop nombreux dans le monde de la communication, ils sont les héritiers spirituels de cet homme politique allemand d’origine autrichienne qui affirmait :

« La France même doit être comptée au nombre de ces Etats. Non seulement du fait qu’elle complète son armée, dans une proportion toujours croissnte, grâce aux ressources des populations de couleur de son gigantesque empire, mais aussi du fait que son envahissement par les nègres fait des progrès si rapides que l’on peut parler d’un Etat africaisn sur le sol de l’Europe»

Une petite précision, cette citation est extraite du livre « Mein Kampf » d’Adolph Hitlier.

En conclusion et pour paraphraser Aimé Césaire dans son « Discours sur le colonialisme, les élites négrophobes françaises politiques, administratives et intelectuelles  sont aux Noirs ce que les Nazis sont aux Juifs.

 Pour être Noir et Français comme peuvent l'être nos frères africains-américains, l'heure du repos n'est pas encore arrivée.

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Kwamé Maherpa, auteur
  • : Ecrivain de Fantasy Epique et de Science-fiction, mon blog n'a pas unique objectif de faire connaitre mes écrits, d'écrire des articles sur mes auteurs favoris ou ceux que j'ai découvert mais il aura également une ouverture sur les faits politiques, sociaux et sur la réflexion.
  • Contact

Recherche

Liens