Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
31 juillet 2011 7 31 /07 /juillet /2011 19:33

 

 

Kwamé Maherpa a le plaisir de vous annoncer la parution de son roman de Science-Fiction :"

 

Les guerriers d'Outre-mort". Vous pouvez le commander sur http://lulu.com.

 

 

Découvrez en exclusivité l'illustration de la couverture, dessinée avec talent par Djehuty Biyong

 

couverture guerriers d'outre mort

 

 

 

 

Texte du quatrième de couverture :

 

 

Un cout d'Etat a renversé le régime républicain de la Confédération Solarienne. Face à la tyrannie des militaires se dresse Hermann Maurepas, un policier alcoolique et désabusé. Mais la dictature ne cache-t-elle pas un pouvoir occulte plus inquiétant ? celui de la société secrète des Illuminés de Stohnenge. La lutte contre la dictature va-t-elle se doubler d'un combat pour préserver l'essence de la vie dans l'Univers ? Maurepas est-il uniquement victime de la vindicte d'un magnat ou poursuit-il

inconsciemment un combat entamé jadis aux côtés des Enfants de la Lumière contre les rejetons des ténèbres ? Ce Space Opera à la lisière de la Fantasy Epique, imprégné de l'esprit Sword and Soul à la Charles Robert Saunders, est une invitation à la réflexion sur la domination de la barbarie

quand la science et le pouvoir politique ne reposent plus sur des valeurs humanistes.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 
Partager cet article
Repost0
30 janvier 2011 7 30 /01 /janvier /2011 13:06

 

Kwamé Maherpa a le plaisir de vous informer de la parution de sa  

 

dernière nouvelle "Errance d'un guerrier". Il s'agit d'un texte de Fantasy

 

 

Epique "Sword and soul".

 

Pour en savoir plus, vous êtes invité à vous rendre sur le site

 

http://oniris.be.

 

 ce texte y est en libre lecture (avec évidemment un copyright car il se rattache au cycle

 

des Guerres iblisiennes dont la première époque a été publiée en 2004 aux editions le Manuscrit), et

 

vous pouvez laisser un commentaire. 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
23 novembre 2010 2 23 /11 /novembre /2010 16:37

Quand l’archéologie donne raison à Aimé Césaire.

 

 

Je commencerai cet article en citant un extrait de l’ouvrage d’Aimé Césaire, paru en 1955, le discours sur le colonialisme :

« Ce qu’il ne pardonne pas à Hitler (le bourgeois cultivé) ce n’est pas le crime en soi contre l’homme, ce n’est pas l’humiliation de l’homme en soit, c’est le crime contre l’homme blanc, c’est d’avoir appliqués à l’Europe des procédés colonialistes dont ne relevaient jusqu’ici que …..les nègres d’Afrique (page 12) ».

C’est la lecture d’un  article paru dans le quotidien « Le Monde daté du 13 novembre 2010 qui m’a renvoyé en écho, l’essai virulent et réaliste d’Aimé Césaire conter le colonialisme européen, géniteur du Nazisme au 20ème siècle. Cet article intitulé « Le cimetière, miroir de l’esclavage » est consacré à l’étude de sépultures d’esclaves découvertes sur la commune du Moule (Guadeloupe) en 1995. Ces recherches menées par une équipe du Centre National de Recherches Scientifiques, sur les ossements et dentitions débouchent sur des conclusions relatives aux conditions de vie des esclaves dans le quasi-univers concentrationnaire des plantions antillaises du 18ème et 19ème siècle, apogée du système esclavagiste atlantiste. Je cite : « les squelettes portent des marqueurs d’activité très développé, y compris les enfants. » les corps présentent des « arthroses vertébraux qui n’apparaissent normalement qu’à cinquante ans ».  Cette équipe de chercheurs a également constaté de graves problèmes dentaires chez des adultes jeunes ou des enfants. La cause en était la malnutrition, entretenue sciemment par les planteurs, qui obligeait les esclaves à compenser leur carence alimentaire en mangeant de la canne à sucre, nocive pour leur dentition. Cette population souffrait également  de la tuberculose. Ainsi, le professeur de paléopathologie Olivier Dutour estime que 100% de la population était atteinte de la tuberculose.

Sous-alimentation, traumatisme osseux, tuberculose due à la promiscuité et au manque d’hygiène, violence physique et symbolique non évoquées dans l’article du monde mais néanmoins réelles, il suffit de se transporter en pleine Deuxième guerre Mondiale et nous avons les caractéristiques d’un camp de travail du IIIème Reich où des esclaves européens étaient asservis à la machine de guerre Hitlérienne jusqu’à la mort.

Dans les plantations l’espérance de vie d’une esclave africain au 18ème siècle était courte à cause de ses conditions de vie, soit  15 ans, selon l’historien Marcel Dorigny, contre 30 ans pour un homme vivant en Europe à la même époque.

En guise de conclusion, ces fouilles et analyses archéologiques menée en 2010 donnent une confirmation éclatante au Discours sur le Colonialisme d’Aimé Césaire et apportent un démenti scientifique cinglant à tous les contempteurs des « effets positifs de la colonisation » et autres plaisanteries de mauvais d’un fabricant de parfum vieillissant sur l’absence de courage des Noirs au travail.

Partager cet article
Repost0
29 septembre 2010 3 29 /09 /septembre /2010 13:42

 

 

Un événement à ne pas manquer : Genesis Black Science-Fiction anthology, soit les écrits  de 26 auteurs africains-
 
américains ou issus de la diaspora Noire africaine ou Antillaise. Science-Fiction, Sword and Soul, fantastique, horreur
 
pour le plus grand plaisir du lecteur. Retrouvez Charles Saunders, Milton Davis, Valjeane Jeffers,  KwaméMaherpa
 
(Nouvelle sword and soul intitulée : Curse) Ronald T.Jones et beaucoup d'autres.
Partager cet article
Repost0
29 août 2010 7 29 /08 /août /2010 19:54

             


Ces dernières années fort un courant anti-maçonnique s’est développé en Afrique Noire, dans la diaspora Négro-africaine ou antillaise de métropole. Le comportement immoral de certains chefs d’Etat ou hommes politiques initiés (censés avoir une conduite éthique irréprochable), le rôle négatif des franc-maçons européens dans la Traite négrière du 18ème siècle (bon nombre de capitaine de navires négriers ou commerçants honorables de Bordeaux, Nantes ou le Havre appartenaient à la Franc-maçonnerie), la création en 1867 du Ku Klux Klan par le futur maçon Nathan Forest, la colonisation du continent Noir accéléré dans les années 1880 par le Président du Conseil, Jules Ferry raciste et franc-maçon, ont contribué à cette opinion négative.

 

Dans le présent article, je ne prendrai pas partie en faveur ou contre la Franc-maçonnerie. En revanche, cette société initiatique occidentale plonge ses racines éthiques dans la philosophie egyptienne, donc négro-africaine, par l’intermédiaire de la Maât.

 

Le concept de Maât apparaît dans les textes des Pyramides sous l'Ancien Empire. Fille du dieu Rêh, Mâat est représentée par une femme assise dont la forme stylisée peut rappele une équerre. L'équerre n'est-elle pas un symbole emblématique de la Franc-maçonnerie ?

Les anciens égyptiens n'ont pas donné une définition à proprement parler de la Mâat, aussi dans un premier temps, je vais vous exposer celles d'éminents spécialistes en égyptologie

 

1)     Une définition extraite du dictionnaire de la civilisation égyptienne de Guy RACHET : "Maât, incarnation de la justice et de la vérité, elle est aussi l'ordre universel, la loi par laquelle le monde subsiste dans l'harmonie, la force par laquelle la création de Rêh son père, ne retombe pas dans le chaos primordial.

 

2)     Pour Dominique Valbelle, professeur à l'université de Lille III :"Maât exprime la notion d'harmonie universelle au cœur du concept monarchique" (Histoire de l'Etat Pharaonique, p.86).

 

3)      Erik Hornung, professeur d'égyptologie à l'université de Bâle (L'esprit du temps des pharaons) précise que les égyptiens n'ont pas donné une définition de la Mâat mais qu'ils savaient tout naturellement ce qu'était Maât. Ils avaient la ferme conviction que l'on peut enseigner Maât non pas par la transmission de définitions mais par l'exemple instructif de la bonne conduite. Au passage, constatons que l'approche esquissée par l'universitaire Suisse se rapproche de la démarche maçonnique : le secret en Franc-maçonnerie ne se transmet pas par une quelconque formule ésotérique mais relève d'une démarche initiatique individuelle menant vers le perfectionnement de soi. 

 

4)    Georges Hart, professeur à l'école du British Museum et à l'université de Londres : " Maât, déesse de la vérité et de la bonne conduite, symbole de la structure cosmique"

 

Dès l'Ancien Empire, le Livre des Morts (le titre exact est le Livre pour sortir le jour) et les Textes des Pyramides font référence à Maât, notamment le passage du défunt devant le Tribunal d'Osiris. Des spécialistes comme Bernadette Menu, formation de juriste oblige, y voit la transposition de « procédés judiciaires » présidant à la "justification" et au triomphe du défunt. Parmi les dieux présents, nous retrouvons Geb (symbole de la Terre), Tefnout, maîtresse du ciel primordial et de l'humidité, Isis et Neftys à côté du trône d'Osiris pour insuffler l’énergie qui favorise la renaissance dans l'au-delà, d'Horus le dieu de la Montagne de Lumière. A l'exception du feu, symbole sethien et ennemi d'Osiris et d'Horus par excellence, nous retrouvons les éléments principaux de l'initiation maçonnique où le cabinet de réflexion figure la terre dans laquelle le profane descend pour mourir symboliquement avant de renaître, l'eau et le souffle pour la purification du futur Maçon. Nous sommes certainement en présence des Geb, Tefnout, Isis et Nephtys dans un univers désacralisé mais néanmoins initiatique. Osiris, Isis et Nepthys qui président ce tribunal divin, les deux représentations de la Maât se tenant à l’entrée du tribunal divin peuvent-ils être assimilés aux officiers qui dirigent une loge maçonnique.

 

Poursuivons notre analyse comparative du tribunal d'Osiris et de la réception d'un profane dans un temple maçonnique. Le défunt doit traverser 21 porches reliant la terre au ciel, or du chiffre 21 en numérologie, nous additionnons 2+1 pour obtenir 3, le trois correspond au chiffre de l'Apprenti en franc-maçonnerie, premier grade qui attend le profane devenu initié. Durant sa vie terrestre, les actes du profane doivent avoir été conformes à l'éthique de Maât (équité, honnêteté, humilité) et devant Osiris et les dieux, il récite une prière dont voici un très court extrait :" je n'ai pas fait l'isfet contre les hommes, je n'ai pas matraité les gens", cette prière est un mélange de préceptes juridiques et religieux (je n'ai pas forniqué dans le temple par exemple). Cette prière est dite avant la pesée du cœur. Sur un plateau d'une balance est posé le cœur du défunt, siège de la mémoire de tous ses actes durant sa vie terrestre, et sur l'autre une plume symbolisant Maât. Si les deux plateaux s'équilibraient, le défunt était appelé "juste de voix" et son AKH (l'être de lumière) accédait à la vie éternelle où il était accueilli par les autres "justifiés" qui l'avaient précédé sur terre.  Si le cœur était trop lourd, le défunt était voué à l'errance éternelle. Par analogie, celui qui ne parvient pas à être initié en Franc-maçonnerie  va continuer d'errer dans le monde profane.

 

A l'issue de sa comparution devant Osiris, le défunt devient un Akh (être de lumière), or du nouveau franc-maçon, il est dit qu’il reçoit la lumière. J'émets l'hypothèse suivante, le tribunal d'Osiris dans le "palais de la Maât" n'est pas une étape ordinaire vers une quelconque résurrection comme l'entendent les religions révélées. Le défunt franchit une étape initiatique pour intégrer un "plan supérieur", ses actes doivent avoir été conformes à la Maât (rectitude, comportement moral exemplaire, désintérêt matériel). En Franc-Maçonnerie, il est exigé du profane une moralité irréprochable et une liberté intérieure totale. Il en était de même pour l’ancien égyptien qui devait combattre ISFET, symbole du mensonge, du chaos et des iniquités. Je livre à votre appréciation le conseil du vizir Isei à son fils :

 

"Pratique la justice et tu dureras sur terre. Apaise celui qui pleure, n'opprime pas la veuve, ne chasse point un homme de la propriété de son père, ne porte point atteinte aux grands dans leur possession. Garde-toi de punir injustement."

 

Celui qui respecte la Maât dans les actes de sa vie terrestre, du scribe au pharaon, débouchera sur "l'homme parfait" comme l'initiation maçonnique doit mener le nouvel initié à l’homme régénéré. Toujours selon le texte des sarcophages, seul un homme intégral qui ne dépend plus des offrandes peut aller et venir dans les deux mondes. L'initié qui se libére du vieil homme et qui est capable de se libérer des passions humaines peut lui aussi aller dans les deux mondes, celui de ceux qui ont reçu la lumière et celui des profanes.

L'idée que la Mâat n'est jamais acquise remonte à la Première Période Intermédiaire qui suit la chute de l'Ancien Empire et de son pouvoir central, sans doute pour cause de révolution spirituelle et sociale qui remet en cause la nature divine du Pharaon et son exclusivité à rejoindre la lumière après sa mort. Outre les bonnes pratiques en matière sociale et de justice pour maintenir l’harmonie, et rendre l’égyptien meilleur, la pratique du rituel de l’offrande de la Maât, qui est symboliquement la nourriture des dieux, permettait dans l’absolu le maintien de cette clé de voûte qui supporte tout l’édifice politique, juridique et morale de l’Ancienne Egypte. En Franc-maçonnerie, le rituel est indispensable au bon fonctionnement du Temple. A ce sujet Oswald WIRTH, franc-maçon du début du 20ème siècle affirme : 

 

« Aucun rite n’est sans valeur, même accompli machinalement, l’acte rituèlique a son efficacité.

 

Sans rituel et sans bonne pratique, la double mort est assurée. C’est pour cette raison que les francs-maçons associent à la pratique des rituels, la poursuite des travaux pour répandre les vérités acquises hors du Temple.

La franc-maçonnerie réunit ceux qui sont épars, rassemble les hautes valeurs morales qui auraient continué de s'ignorer. le temple où les frères travaillent est une représentation symbolique de l'univers comme jadis le Temple Egyptien. Tous ces hommes et ses femmes sont unis par une force qu’ils  appelent la "fraternité", qu'est-ce que la fraternité sinon un ciment, une force gravitationnelle qui attire dans un même mouvement des individus différents mais néanmoins unis par le même idéal. Il en est de même pour la Maât qui est la garante de l’ordre cosmique comme de l’ordre social : l’offrande de Maât est censée assurer la continuité de la création et la conservation de l’univers. La justice terrestre est rendue en son nom comme en atteste les expressions suivantes : djed maât (dire le droit), ir maât (faire le droit). Ainsi, toutes les institutions de l’ancienne Égypte, politique, religieuse et judiciaire gravitent autour de la Maât.

Selon la conception des anciens, Maât va au-delà d’une divinité classique car elle est l’énergie primordiale qui harmonise aussi bien l’univers terrestre que le cosmos. Chez les francs-maçons déistes, le Grand Architecte de l’Univers va au-delà du dieu révélé des religions du Livre, c’est une force créatrice consciente au service de l’harmonie de l’univers. Pour d’autres :

 

" La Maât des anciens égyptiens ne  survit elle pas à travers le Grand Architecte de l’Univers ?"

 

La Franc-Maçonnerie serait issue des corporations de bâtisseurs. Une nouvelle fois, un détail troublant. Sous le Nouvel Empire, une communauté d'artisans bâtisseurs était réputée par la qualité de ses travaux dans la Vallée des Rois. Les principaux métiers manuels étaient représentés (sculpteur, peintre, menuisier, etc…). Si le nom arabisé de son lieu d'implantation était Deir El Medineh, son appellation hiéroglyphique était "Set-Maât". Ce qui signifiait Place de l'Harmonie. Ils vénéraient Ptah, le dieu des artisans et des sculpteurs, surtout il était le démiurge qui a existé avant toute chose. Il a créé au moyen de l'esprit et de la parole, les dieux et l'univers. Existe-t-il une filiation directe ou indirecte entre ses bâtisseurs et la franc-maçonnerie ?

Une interrogation me vient à l’esprit ?

 

Comment la Maât serait-elle devenue un concept maçonnique ? Nous nous heurtons une triple contradiction apparente d'ordre chronologique.

 

1.    Le dernier hiéroglyphe a été ciselé dans le temple de Philae le 24 août 394 Après J.C sous le règne de l'Empereur Romain Théodose 1er , qui ordonne la fermeture des derniers temples dédiés aux anciens dieux égyptiens. Au 7ème siècle, l'invasion des arabo-musulmans sonne définitivement le glas de toute survivance spirituelle pharaonique, encore présente dans l'Eglise Chrétienne Copte (croix ansée, poisson symbolisant ancien bien le prophète Jésus qu'Osiris le pharaon devenu dieu).

 

2.    Les premiers textes mentionnant des loges maçonniques en Ecosse datent du 16ème siècle (les statuts SHAW, 1598-1599). En 1717, la Grande de Loge de Londres est fondée par la réunion de loges londoniennes. En 1723, les Constitutions d'Anderson sont rédigées et s'il y une référence à l'Egypte Ancienne, celle-ci doit être replacée dans le cadre d'emprunts à la Bible.

 

3.    1822, Jean-François CHAMPOLLION retrouve la signification des hiéroglyphes en déchiffrant la Pierre de Rosette. Il sera l'auteur d'une grammaire, d'un dictionnaire et d'une étude consacrée aux divinités égyptiennes.

 

Entre 394 et 1822 : La langue des Temples égyptiens est demeurée un mystère. En effet, l'Egypte Ancienne n'a pas bénéficié de la même chance que le christianisme, qui a pu survivre à la Chute politique de l'Empire Romain D'occident. Survie qui a été rendue possible grâce aux monastères, et aussi à l'attitude des Barbares imprégnés de culture Romaine et qui n'auront de cesse de vouloir ressusciter l'antique grandeur impériale et ses honneurs (Clovis, Charlemagne). Sans parler de l'empire Byzantin et de son souverain Justinien, qui dés le 6ème siècle réussit à imposer son influence sur une partie de l'Italie et de Rome en particulier.

Rien de tel pour l'Egypte Pharaonique détruite politiquement par les assyriens, les perses, les macédoniens et les Romains, puis anéanti spirituellement par le Christianisme et son frère jumeau en croyance absolutiste, l'Islam.

Une longue nuit semble s'être abattue sur les conceptions spirituelles de l'Egypte Antique, pour renaître tel un phénix spirituel ces deux derniers siècles.

Pour commencer, la culture pharaonique a survécu plusieurs siècles après la chute politique et spirituelle de la métropole égyptienne. Ainsi, le royaume de Méroë (dans le Nord de l'actuel Soudan) a pérennisé la civilisation egyptienne (pyramides, hiéroglyphes qui se transforment au fur et à mesure en écriture propre à la civilisation méroïtique, cultes de divinités égyptiennes associé à des dieux locaux (Apédémak).

Les contacts avec la puissance romaine commencent par des affrontements puis par des échanges commerciaux. Ce royaume africain a été le carrefour entre le monde méditerranéen, l'Afrique Noire et l'Orient. Les raisons de la chute de Méroë sont inconnues (attribuées soit au royaume d'Axoum ou aux guerriers Noubas). Toutefois, dés le 4ème siècle après Jésus-Christ, ce royaume disparaît. Pendant près de mille ans, ce royaume "egyptiannisé" a exercé une influence sur une partie du continent Noir. A titre d'exemple, la société initiatique Congolaise du KINGUNZA créée au 18ème siècle fait remonter sa fondation à l'émigration forcée d'anciens égyptiens (peut-être des soudanais méroïtiques) vers l'Afrique Centrale. Méroé peut constituer un intermédiaire dans la diffusion de la Maât pour l'Afrique Noire. Mais notre interrogation dans le présent article  concerne la diffusion de la Maât en Occident.

Comment la Maât aurait-telle pu se diffuser dans l'univers intellectuel occidental sans support matériel connu (écriture, livre) et surtout sans penseur ?

 

Les vecteurs de diffusion de la Maât en Occident.

 

Sur le bloc du temple d’Aménophis III (18ème dynastie-15ème siècle avant JC), est gravée une liste de noms géographiques correspondant à des villes de Crète et de la Grèce Archaïque (Revue d’egyptologie-société française d’egyptologie-Paris 1997) qui semblent démontrer que les égyptiens ont établi très tôt des contacts avec les civilisations préhellènes. En 1989, sur le site d’Avaris, la capitale des envahisseurs Hyksos installée dans le delta du Nil lors de la chute du Moyen Empire, une équipe archéologique découvre un palais Minoen (civilisation crétoise). Mais le renforcement des contacts avec les Grecs se fera au crépuscule de l'empire pharaonique (appelée à tort Basse-Epoque).

Des comptoirs Grecs sont installés dans le delta du Nil à partir du 8ème siècle avant Jésus-Christ, à Naucratis en particulier. Cette installation est consécutive à l'ouverture de l'Egypte vers le monde méditerranéen Occidental et du soutien de mercenaires grecs au service des rois de la XVIème dynastie comme Psamétique ou Amasis. C’est aussi l’époque où l’egypte Nègre se trouve définitivement privée de ses racines négro-africaines.

Des échanges intellectuels ont lieu entre les prêtres égyptiens et ceux qui vont créer la philosophie Grecque, comme l'atteste Bernadette Menu, Egyptologue, Juriste et directeur de recherches honoraires au CNRS : "

 

C'est aussi dans les temples de la vallée du Nil que les voyageurs grecs épris d'antique sagesse ont recueilli de la bouche des prêtres les grandes lignes d'une philosophie" (p.12), plus loin elle ajoute : "Par l'intermédiaire de Platon, qui on le sait, a séjourné longuement en Egypte, la Maât idéologique, cosmique, dans ses expressions politiques et la Maât sociale humaine, aurait inspiré Aristote et son éthique à Nicomaque".

 

Théophile Obenga dans son ouvrage « L’Afrique Noire dans l’antiquité » (p.204) cite :

 

« Platon a recueilli les derniers feux, au crépuscule d’Héliopolis. Leu éclat suffisait encore à l’éblouir. En ce lieu avait vécu une grande tradition spirituelle et politique où le soleil d’Héliopolis avait embrasé, inondé, fécondé la terre. »

 

Ce séjour de grecs illustres concerne Pythagore (né vers 500 av JC) qui a été initié à la géométrie et à l’idée de perfection morale de l’homme, par un prêtre d'Héliopolis, Platon selon le géographe Strabon serait resté à Héliopolis pendant treize ans, Aristote (384-322 avant JC), Solon le législateur (voyage à Saïs).  Le séjour de ces penseurs Hellénistiques  entre le 4ème et le 5ème Siècle avant Jésus-Christ correspond à la Basse-Epoque et en particulier à l'avènement des rois de Saïs, qui s'appuient sur des mercenaires grecs pour chasser les Assyriens et se battre contre l'invasion Perse. A l'époque Ptolémaïque et ensuite de la Rome Païenne, Alexandrie est un lieu de bouillonnement intellectuel où se mêlent la philosophie néo-platonicienne, les antiques croyances de l'Egypte (Sérapeum où est adoré le taureau Apis), les juifs avec la Kabale et les premiers chrétiens. De cette intense activité intellectuelle, réduite aussi à néant par les assauts du Christianisme et de l'Islam, va jaillir les premiers écrits Hermétiques et la figure légendaire d'Hermès Trismégiste qui vont jeter les bases de l'Alchimie en Europe. Comme je l'ai souligné plus haut, l'Eglise Copte sera un conservatoire pharaonique.

Si les Grecs et l'Egypte Ptolémaïque devenue une éphémère puissance maritime en Méditerranée ont peut-être contribué à la progression de la Maât, dissimulée sous les écrits des penseurs, à mon avis le vecteur décisif a été l'Empire Romain qui, à son apogée, s'étendait du Nord de l'actuel Grande-Bretagne (Muraille d'Hadrien séparant la Pictie de la Bretagne Romaine), à l'Europe Méridionale, à la Gaulle, une partie de la Germanie, la Thrace (actuelle Roumanie), l'Illyrie ( territoires de l'ex-yougoslavie), Byzance (Bulgarie et actuelle Turquie), Asie Mineure et Afrique du Nord.

Cet empire bâti par le feu, le fer et le sang, voyait converger à Rome, son centre politique et intellectuel, non seulement les richesses matérielles des nations asservies mais aussi les arts, les lettres, la philosophie et les religions étrangères. Comment dans ces conditions, s'étonner de la diffusion de la Maât ?

Sous le règne d'Auguste, un obélisque égyptien est ramené à Rome pour la pratique du culte solaire, Caligula inscrit les fêtes Isiaques dans le calendrier Romain et fait construire un temple d'Isis à Rome. Pendant toute la période impériale, le culte d'Isis se répand sur tous les territoires occidentaux sous contrôle romain. A côté des liens religieux, se nouent des liens intellectuels diffus, ainsi le philosophe Stoïcien et prêtre égyptien CHAEREMON, de Naucratis, a été le premier précepteur de Néron. Il a écrit des mémoires sur l'Egypte et un ouvrage sur les textes sacrés (ouvrages perdus). Un mot sur les stoïciens, je me contenterai de reprendre la définition de BESSE et de BOISSIERE (Précis de philosophie-Repères pratiques Nathan, p.10) :

 

 « Ceux-ci (les stoïciens) représentent l’univers comme un ensemble ordonné et cohérent comme un tissu dynamique dans lequel tous les éléments sont en correspondance ou en interdépendance. »

 

Ces philosophes considèrent qu’il faut accepter l’ordre des choses, comme les anciens égyptiens acceptaient la stabilité imposée par la Maât et au sujet de l’homme, les stoïciens pensent que par « la droiture et la constance de sa vie intérieure, l’homme doit réaliser l’unité et la cohérence qu’exige la nature. » Le fondateur de ce courant philosophique (4ème siècle avant JC, correspondant aussi à la Basse-Epoque Egyptienne) Zénon définit le choix de vivre Stoïcien :

 

« Vivre d’une manière cohérente, c'est-à-dire selon une règle de vie harmonieuse, car ceux qui vivent dans l’incohérence sont malheureux. »

 

 Il convient de souligner que Zénon est un Phénicien d’origine installé à Athènes vers 314 avant JC, ce détail est important car les villes phéniciennes de Tyr, de Sidos et de Biblos ont été pendant des siècles sous influence ou sous protectorat égyptien. N'oublions que l'acte fondateur de la franc-maçonnerie est le meurtre d'Hiram, architecte du Temple de Salomon. Or Hiram est aussi originaire de la ville de Tyr en Phénicie, protectorat égyptien à l'apogée de la 19ème dynastie. Par ailleurs, dans une des versions du meurtre d'Osiris par Seth, sa veuve Isis retrouve son corps à Biblos en Phénicie. Ne dit-on pas que les franc-maçons sont les enfants de la veuve comme Horus l'enfant conçu par Isis de manière post-mortem.

Grâce aux fouilles archéologiques, nous savons que l’influence égyptienne n’était pas uniquement politique mais aussi religieuse (au niveau funéraire). Donc, il n’aurait rien d’étonnant que la Maât ait imprégné même inconsciemment la pensée de Zénon et se soit également infiltrée par le biais de la légende d'Hiram dans la Franc-maçonnerie dès ses origines.

Le terme DROITURE des Stoïciens se rapproche de l’exigence de RECTITUDE imposée par la Maât, la rectitude qui est aussi une des bases essentielles de la Franc-maçonnerie. Comme le franc-maçon, le stoïcien se doit d’agire « avec réserve » mais il n’hésite pas à prendre part à la vie sociale et politique. En théorie, Il agit de manière désintéressée au service des hommes, Sénèque n’affirme-t-il pas au sujet du Stoïcisme : «

 

 Aucune école n’a plus de bonté et de douceur, aucune n’a plus d’amour pour les hommes plus d’attention au bien commun. La fin qu’elle nous assigne, c’est d’être utile, d’aider les autres et d’avoir le souci, non pas seulement de soi-même mais de tous en général et de chacun en particulier. »

 

Perfectionnement de soi et amélioration de l’humanité, constituent la version désacralisée de la Maât mais surtout le but de l’initié en Franc-maçonnerie. A la fois égyptien et stoïcien, CHAEREMON, le premier précepteur de Néron qui a fini sa vie comme directeur de la bibliothèque d’Alexandrie, me paraît un des traits d’union, avec d’autres sans doute, entre la culture Gréco-Latine et l’univers pharaonique.

Quand Rome est devenue Chrétienne, les écoles philosophiques ont été progressivement fermées, ses adeptes persécutés, notamment à Alexandrie. Pendant de longs siècles, la culture classique gréco-latine disparaît d’Occident. Elle reviendra par l’ intermédiaire des arabes en Europe puis les auteurs classiques deviendront de nouveau des références intellectuelles et artistiques à la Renaissance (16ème siècle). A peine deux siècles plus tard, la Franc-maçonnerie spéculative naissait et prenait son essor dans toute l'Europe et le "Nouveau-monde" façonné par le colonialisme européen.

 

Par le biais de cet article, assez dense, vous avez pris part à un voyage dans le temps et dans l’espace, de la vallée du Nil au brouillard londonien en passant par la Grèce Héllenistique et la Rome Martiale, en quête de la Maât qui s’est infiltrée tel un concept volatile et insaisissable en Europe Occidentale. Les anciens de Kemet n’en connaissaient pas la définition de la Maât, pourtant ils s’efforçaient de la construire tout au long de leur vie. Pendant des siècles, la langue pharaonique est demeurée une énigme, pourtant la Maât est demeurée une préoccupation inconsciente des franc-maçons, n’est-elle pas la parole perdue des anciens pharaons et prêtres égyptiens qui de nouveau s'exprime dans le cosmos bien ordonné des temples maçonniques ? Certes Maât n'est pas vénérée en tant que telle par les franc-maçons mais elle survit en qualité de principe désacralisé, qui a perdu son caractère de déité pour entrer dans le champ de la réflexion initiatique et philosophique.

En conclusion, l’Ancienne Egypte Nègre a offert à l’Occident ingrat, la Philosophie, les Mathématiques avec la Géométrie, le calendrier divisé en douze mois mais aussi la matrice éthique de la Maât en faveur de la Franc-maçonnerie. Désormais, il appartient aux Noirs de récupérer cet héritage spirituel et philosophique qui est leur appartient.

Partager cet article
Repost0
30 juillet 2010 5 30 /07 /juillet /2010 22:56

La Fantasy occupe une place importante dans la littérature de l'imaginaire, supplantant même la Science-Fiction. Elle peut annexer des territoires relevant des Sciences Humaines : l'Histoire est alors revisitée, réécrite mais surtout « réenchantée » (voir le cycle de Gallica de Henri Lowenbruck, une épopée  ayant pour cadre une France médiévale fantastique) . Par un travail de réappropriation, la Fantasy classique sollicite les mythologies Gréco-Latine, Germanique, Scandinave (Tolkien ou Poul Anderson) ou Celte (Robert Erwin Howard).

A la fin de la décennie 1970, l'écrivain canadien d'origine afro-américaine Charles Robert Saunders publie son cycle consacré à Imaro, un guerrier d’exception poursuivi par le destin et la colère des forces du mal, en s'appuyant sur ses connaissances des mythologies négro-africaines, Grâce à son travail fondateur, il « décolonise » et dégermanise la Fantasy Epique, combat les stéréotypes racistes dans lesquels les Noirs étaient cantonnés, Son oeuvre littéraire ne peut être séparée du contexte politique du combat pour les Droits Civiques ainsi que de la progression dans les facultés Nord-américaines, des études consacrées aux civilisations africaines,

C'est dans ce contexte que Charles Robert Saunders a créé ce nouveau rameau de la Fantasy Epique, la Sword and Soul,

En dehors des trois ouvrages de la saga d'Imaro, traduits et publiés par les éditions de la Garancière, la Sword and Soul reste en grande partie inédite, à ce jour en France.

Pourtant des romans français mériteraient le classement dans la catégorie Sword and Soul, ou s'en rapprochent par certains aspects, voici ces trois livres mais ils ne sont pas les seuls :

 

  1. Le trône d'ébène de Thomas Day, Le Belial, 2007, Il s’agit du récit de l’ascension  et de la mort du roi unificateur des Zoulous, Chaka, dans une ambiance de Fantasy Épique.
  2. La mort du roi Tsongor de Laurent Gaudé, Actes Sud, 2002. Bien que mort physiquement, le roi Tsongor assiste à la destruction de son empire à cause de deux prétendants qui se disputent la main de sa fille. C’est la guerre de Troie transposée dans une Afrique Noire Mythique et fantastique, l’auteur renoue avec l’esprit de la tragédie antique.
  3. Ségou (les murailles de terre, la terre en miette) de Maryse Condé, écrivaine et professeure de littérature originaire de la Guadeloupe. Cette saga historique se situe dans l’Afrique de la fin du 18ème siècle et du 19ème siècle. Le royaume de Ségou (actuel Mali) se trouve aux prises avec un Islam conquérant et la Traite des noirs qui fait rage sur le continent Africain. Ce roman historique met en avant les déchirements subis par la famille Traoré : conversion à l’Islam, conquête musulmane, déportation aux Amériques et enfin colonisation par la France. Pourtant derrière la rigueur historique indéniable de l’auteur, apparaissent des éléments « Sword and soul ». Extrait de la Terre en miettes :

L’esprit regardait son corps qui gisait près d’un buisson d’épineux là où les auxiliaires indigènes l’avaient abandonné…de la branche basse du baobab sur laquelle il s’était perché, l’esprit s’envola et alla se poser sur l’enclos de branchages qui ceinturait le camp. »

 

Pour mieux connaître les auteurs phares de la Sword and soul, je vous propose de faire connaissance avec les sites ci-dessous :

 

www.mvmediaatl.com, c’est le site de Milton Davis, auteur du cycle « Medji », l’histoire de deux jumeaux, fils de roi, séparés à la naissance par leur mère pour éviter qu’ils soient sacrifiés. Roman non encore traduit en français à ce jour.

 

www.charlessaunderswriter, Site de Charles Robert Saunders, le créateur de la Sword and Soul, vous y trouverez des informations sur l’auteur et son œuvre phare « Imaro ». Son dernier ouvrage « Imaro , the naama war » peut être commandé sur son site ou sur http://www.lulu.com.

Partager cet article
Repost0
15 juillet 2010 4 15 /07 /juillet /2010 18:04

Le 14 juillet 2010, les soldats de treize armées africaines ont participé au traditionnel défilé militaire. Une organisation

 non gouvernementale s’est émue de la présence de criminels dans leurs rangs, dommage qu’elle n’ait pas

communiqué sur le déferlement de commentaires négrophobes sur les sites d’extrême droite qui dénoncent aussi  la présence de soldats africains lors la fête nationale, peut-être la nostalgie de 1940, époque bénie pour certains de nos compatriotes, où les soldats qui paradaient étaient blonds aux yeux bleus et sentaient bon la Germanie.

En 1945, alors qu’elles avaient largement participé à la libération du territoire national, les troupes noires de l’armée française s’étaient mystérieusement volatilisées au moment du défilé de la victoire pour laisser place à des français de souche, sous entendu Blancs. L’année 2010 serait-elle une forme de rachat moral souhaitée par le gouvernement français à l’occasion du Cinquantenaire de l’indépendance de ses anciennes colonies de l’Afrique subsaharienne ? une tentative de réhabilitation pour faire oublier le Discours de Dakar sur l’homme africain qui ne serait pas suffisamment entré dans l’Histoire ?

 

Une autre hypothèse doit être avancée ici, cette participation correspondrait à des préoccupations d’ordre intérieur. Pendant des années, alors que le Service Historique des armées possédait sans doute des documents en la matière, le massacre systématique des soldats noirs par l’armée allemande, et pas uniquement les Waffen SS, a été systématique pendant la Campagne de France. Il faut remercier le journaliste de France Outre-Mer Serge Bilé d’avoir été pionnier en la matière. Son ouvrage « Noirs dans les camps nazis » paru en 2005 a fait connaître auprès du grand public les Crimes contre l’Humanité perpétrés par les nazis contre les soldats noirs, en raison de leur unique couleur de peau, sur le sol de France. A l’époque, le succès de son livre avait déchaîné la ire de tous les Négrophobes bien pensants, intellectuels supposés neutres, qui accusaient Serge Bilé de pratiquer le communautarisme, de favoriser la compétition mémorielle. En fait de compétition mémorielle, ce livre a permis de rétablir une certaine forme d’égalité et de mettre fin à un « oubli » injuste. Depuis les  chercheurs académiques se sont emparés de cette question, notamment l’universitaire américain auteur de l’étude «Une saison noire, le massacre des tirailleurs  sénégalais par les troupes allemandes en mai- juin 1940 (Taillandier 2007, 1èreédition 2006 Cambridge University Press). A l’occasion de la commémoration du 70ème anniversaire de l’appel du 18 juin, un documentaire consacré à une heure de grande étude intitulé « juin 1940, le grand chaos » était diffusé sur la chaîne publique de télévision France 2 à une heure de grande écoute le 14 juin 2010 et rediffusé le 14 juillet 2010 vers 23h00. La particularité de ce documentaire  était d’être en partie consacrée aux crimes de l’armée allemande contre les soldats Noirs de l’armée française. Ce travail reposait sur la base d’archives, de témoignages et de reconstitutions.

 

Des considérations d’ordre politique ne sont pas à exclure car la France compte près de trois millions de Noirs en France, Antillo-guyanais ou Africains, soit un potentiel électoral non négligeable qui est écartée de toutes les sphères d’influence politique ou médiatique. Dans les banlieues difficiles de la région parisienne, un certain nombre de Noirs commence à épouser les thèses antisémites de l’extrême droite, souvent maquillées en hostilité anti-sioniste. Rappeler que le Nazisme était non seulement une idéologie antisémite mais également Négrophobe est une entreprise de salubrité morale à l’heure où existe la tentation de rapprochement entre des groupuscules de Droite extrême et certaines personnalités noires. Telle est la symbolique sous jacente à ce défilé, première réhabilitation d’une armée de libération et de ses soldats jamais considérés comme des militaires français comme les autres.

 

Pour une fois, j’ai envie d’être naïf.

 

 

 

Partager cet article
Repost0
11 juillet 2010 7 11 /07 /juillet /2010 10:24

Mon premier article, ce n’était pas prévu, sera consacré à l’équipe de France de football et au sport. La déroute sportive et moralede nos footballeurs lors de la première phase de la Coupe du Monde en Afrique du Sud a des répercussions au-delà du monde sportif. Selon un philosophe, le dénommé Finkelkraut qui s’était déjà rendu célébre en traitant les antillais d’assités lors des événements de février 2009, l’équipe de France est gangrénée par les mœurs issues de la « banlieue », notamment le caïdat.  Pour mémoire, six joueurs d’origine antillaise et cinq joueurs d’origine africaine faisaient partie de cette équipe, soit onze noirs sur 2 3 joueurs. De fait, le comportement, au demeurant inadmissible de ces hommes censés défendre les couleurs de la France, donne un enfin un prétexte à tous les émules de Georges Frèche et Jean-Marie Lepen qui reprochent la présence trop importante de joueurs noirs en équipe de France, pour laisser libre cours à leur Négrophobie. Juste tolérés quand l’équipe de France était au sommet en 1998 et 2000, et ce en dépit du slogan hypocrite et racoleur de la France Black,Blanc, Beur, les Noirs sont vilipendés en raison de leur piètre performance. Dans les années 1960 e début des années 1970 , l’equipe de France de football était loin d’être performante, un match nul contre la Finlande représentait déjà un exploit, mais à ma connaissance aucun commentateur sportif ou autre n’a émis de propos nauséabond sur la présence trop importante de joueurs français d’origine étrangère mais européenne, donc Blanche (polonais, italien, portugais, espagnols). Seulement, pour qu’un Noir soit à peu près accepté, il se doit d’être performant et d’incarner la France qui gagne. Il n'a pas le droit à l'erreur et à la médiocrité, rien ne lui est pardonné en cas d'échec. Par rapport au Blanc, même d'origine étrangèr, il est condamné à toujours faire mieux.

  Le sport qui est présenté comme un ciment rapprochant les peuples, exacerbe en fait tous les bas instincts de l’homme : culte de la performance au détriment de l’éthique, fanatisme, tribalisme, supériorité physique ou tactique supposée d’une race sur l’autre. Il y a quelques jours un sprinter français a couru le 100 mètres sous les 10 secondes pour la première fois dans l'histoire de l'atlhétisme français.  Nos chers commentateurs sportifs, au lieu de souligner qu’un français venait faire concurrence aux sprinters américains et jamaïcains, ont lourdement insisté sur la couleur Blanche de ce coureur de 100 mètres. L’exploit sportif de ce jeune sportif était ramené juste à une performance d’une race contre l’autre. Devant cette déferlante de  sophisme, je ne peux m’empêcher de penser l’actualité de Frantz Fanon . Dans son livre « Peau Noire,Masques Blancs », Frantz Fanon avait diligenté toute une série d’entretiens auprès de cinq cent européens blancs de nationalités différentes afin de savoir à quels mots ils associaient le Noir, voici le résultat de cette enquête sociologique :

« Nègre = biologique, sexe fort, sportif, puissant, boxeur, Joe Louis, Jess Owen, tirailleurs sénégalais, sauvage, animal, diable, péché» (Peau Noire, Masques Blancs, Edition du Seuil, 1952, page 134 ).

Plusieurs décennies plus tard, les résultats de cette recherche sociologique ne sont pas dépassés.  Cependant le sport ne constitue que le reflet des élites qui dirigent la société française. Plus de cent soixante deux ans après l’abolition de l’esclavage dans les anciennes colonies, nos chères élites exigent toujours du Nègre qu’il rapporte un bénéficie, comme une prostituée envers son proxénéte. En un mot, il n’ pas le droit à l’erreur comme les autres français de race Blanche. On lui impose de fait les thèses nazies, il doit être un surhomme. Pas de place pour le Noir moyen.

Une nouvelle fois, je citerai Frantz Fanon : « Je savais , par exemple, que si le médecin commettait une erreur, c’en était fini de lui et de tous ceux qui le suivaient. Qu’attendre en effet d’un médecin nègre ? Tant que tout allait bien, on le portait aux nues, mais gare, pas de bêtises, à aucun prix (Peau Noire, Masques Blancs, Edition du Seuil, 1952, page 94).

 Tel est le sort qui a été réservé aux footballeurs noirs présents, mais aussi à venir. Le sport n’est pas le seul domaine où il est exigé du Noir qu’il soit meilleur que les Blancs (arabes et européens inclus), quelque soit ses diplômes, son parcours professionnel, il est toujours perçu comme un usurpateur à chaque fois qu’il accède à un poste à haute responsabilité, à quelques exceptions près, les nègres intellectuellement et moralement médiorces qui doivent leur ascension à des acointances philosophiques, syndicales ou politiques, les rejetons de personnalités Noires nés avec la cueillère en argent dans la bouche. Ils ne représentent aucun danger pour nos élites, tenantes de la suprématie blanche masculine et catholique. Un de mes amis, fonctionnaire d’Etat de catégorie A, a été victime de ce genre de saloperie, il n’y a pas d’autre mot à employer. Des mois durant, il a été victime de harcélements, de coups fourés de la part de ses collègues, avec la complicité silencieuse des syndicats. A l’heure actuelle, il végéte dans un poste de second ordre, avec des demandes de mutations systématiquement refusées. J’ai oublié, cet ami est titulaire d’un diplôme de troisième cycle, donc une bête à abattre. Fermons la parenthèse. Je vais conclure sur deux points. A ceux qui considèrent qu’il y a trop de Noirs dans le football et par extension en France, ils mettent leurs pieds dans les pas de ceux qui estiment que les juifs sont trop nombreux dans le monde de la communication, ils sont les héritiers spirituels de cet homme politique allemand d’origine autrichienne qui affirmait :

« La France même doit être comptée au nombre de ces Etats. Non seulement du fait qu’elle complète son armée, dans une proportion toujours croissnte, grâce aux ressources des populations de couleur de son gigantesque empire, mais aussi du fait que son envahissement par les nègres fait des progrès si rapides que l’on peut parler d’un Etat africaisn sur le sol de l’Europe»

Une petite précision, cette citation est extraite du livre « Mein Kampf » d’Adolph Hitlier.

En conclusion et pour paraphraser Aimé Césaire dans son « Discours sur le colonialisme, les élites négrophobes françaises politiques, administratives et intelectuelles  sont aux Noirs ce que les Nazis sont aux Juifs.

 Pour être Noir et Français comme peuvent l'être nos frères africains-américains, l'heure du repos n'est pas encore arrivée.

 

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de Kwamé Maherpa, auteur
  • : Ecrivain de Fantasy Epique et de Science-fiction, mon blog n'a pas unique objectif de faire connaitre mes écrits, d'écrire des articles sur mes auteurs favoris ou ceux que j'ai découvert mais il aura également une ouverture sur les faits politiques, sociaux et sur la réflexion.
  • Contact

Recherche

Liens